Cahier des charges d’une haie magique

Le projet haie-magique et tous les chantiers qui s’y réfère se situent dans une démarche de développement durable visant à préserver la biodiversité des milieux et des ressources, lutter contre le réchauffement climatique, favoriser la cohésion sociale et la solidarité, promouvoir des modes de production et de consommation soutenable.

Nous voulons promouvoir des haies magiques, des écosystèmes de petite taille mais comprenant toutes les strates végétales, disséminés dans la matrice urbaine, occupant les espaces interstitiels et présentant une haute biodiversité. Nous agissons pour requalifier les espaces existants, occuper les friches et délaissés et inciter tous les acteurs de l’aménagement urbain à adopter des pratiques respectueuses de la biodiversité. Nous voulons ancrer notre action dans une logique citoyenne et participative,

Notre projet consiste à développer la présence des haies mélangées dans le contexte urbain, y compris en remplacement des haies monospécifiques existantes. Au-delà de la fonction paysagère « traditionnelle » de la haie en ville, cette démarche répond d’abord et surtout à des préoccupations d’ordre écologique : le renforcement de la biodiversité en ville, l’adaptation des espaces verts urbains au changement climatique et la recherche de bénéfices écosystémiques liés à la présence du végétal.

Pour créer des « micro » écosystèmes parfaitement résilients dans le contexte hostile de la ville, nous proposons le concept de haie-magique, une haie vive, composée d’une multitude d’essences, inspirée de la haie bocagère. Cet espace vert planté ou réaménagé est conçu et géré de manière à reproduire autant que possible les conditions écologiques de la forêt et soutenir la biodiversité urbaine, en facilitant la reproduction et la migration des espèces.

Vers une ville durable

Le respect du présent cahier des charges permet à la haie-magique de remplir ses fonctions habituelles dans le paysage urbain, tout en récréant à son échelle un écosystème équilibré et durable, à l’instar de celui de la forêt. Cet écosystème est résilient. De plus il peut rendre selon sa taille et les essences qui le composent certains services écosystémiques, notamment des fonctions de régulation.

Ces trois objectifs ont déterminé le présent cahier des charges :

  • Soutenir la biodiversité urbaine
  • Extérioriser les services écosystémiques rendus par les haies
  • Mettre les haies au service du lien social

Soutenir la biodiversité urbaine

La contribution écologique de la haie-magique est structurante et programmatique. Composée d’essences locales adaptées aux types de sols et au climat, ne requérant qu’un entretien réduit et ne supportant aucun traitement phytosanitaire, la « haie magique » est accueillante pour la faune et la flore urbaines.

Le cahier des charges de la haie-magique vise donc essentiellement à rendre possible au sein de la haie le développement d’une biodiversité élevée. Pour cela nous nous attachons à la préservation des qualités du sol, à la mixité des essences, aux recours à des essences indigènes, à la limitation volontaire des interventions humaines et au bannissement de tout intrant ou produits phytosanitaires. De manière temporaire, pendant la période de croissance de la haie, des dispositifs techniques sont installés dans la haie pour servir de refuge aux espèces (nichoirs, « hôtels » à insectes, gîtes pour les petits mammifères).

Par ailleurs, la haie magique doit être intégrée utilement dans la trame verte urbaine et contribuer à renforcer les continuités écologiques de la ville. En choisissant l’implantation de la future haie ou en décidant de requalifier à un massif végétal existant, on doit chercher à densifier, prolonger ou épaissir un corridor écologique existant. A proximité d’un réservoir de biodiversité, la haie servira à augmenter la taille du réservoir ou en bordure, à limiter l’effet de lisière.

Dispenser des services environnementaux ou écosystémiques

Au-delà du soutien à la biodiversité, la haie mélangée urbaine est source de nombreux services écosystémiques, notamment dans le but de combattre les externalités négatives de la ville (chaleur, pollution, perturbation du cycle de l’eau) mais aussi d’accompagner la mutation du paysage face aux conséquences du changement climatique. Ces services sont gratuits et durables.

La recherche de ces services écosytémiques procurés par la haie est une ligne directrice du concept haie-magique. Le choix de l’implantation, des essences et de la forme de la haie déterminent son potentiel en termes de services rendus : fonctions de régulation (eau, climat, pollution),, d’approvisionnement, fonctions à caractère social ou culturel impactant la qualité de vie des citadins.

Pendant sa croissance, la haie mélangée requiert un entretien minimum et une fois à maturité, les déchets de taille sont facilement valorisables, sous forme de BRF ou après compostage. Avec la technique du bois déchiqueté ou une exploitation de type forestier, la haie peut devenir une source non négligeable de « bois-énergie ».

Enfin, les haies mélangées selon leur composition peuvent devenir des sites discrets de cueillette. Avec des arbres fruitiers, des arbustes à baies, la haie procure un ensemble de sous-produits qui feront la joie des promeneurs et des gourmets.

Mettre le lien social au service de la biodiversité

La démarche consistant à planter des haies en ville doit être restituée dans le contexte des politiques publiques d’aménagement du territoire, du coût de la ressource foncière, de l’évolution générale des mentalités sur des questions comme le bien-être citadin ou la biodiversité et des aspirations citoyennes à contribuer aux décisions d’aménagement.

La plantation d’une haie-magique, qu’il s’agisse d’une initiative privée ou publique, est donc également une démarche sociale. Cette démarche est garante de la pérennité de l’espace naturel et de la bonne intégration de la haie dans son environnement. Elle vise aussi à organiser une appropriation transparente et équitable des produits et services rendus par la haie, toujours dans le but de préserver les ressources renouvelables en respectant le seuil de résilience des écosystèmes qui produisent la biodiversité de la haie magique.

Plan du cahier des charges

  1. Création de la haie-magique
  2. Entretien de la haie-magique
  3. Environnement social

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *