La haie magique, une haie qui pousse vite (et bien)

Lorsque l’on a besoin d’une haie, on aimerait toujours l’avoir plantée 3 ans plus tôt. Il est tentant de privilégier alors une haie qui pousse vite et qui remplira rapidement la fonction attendue.

Pour concevoir notre Haie Magique, nous nous sommes appuyés sur les recherches d’ingénieurs horticoles comme D. Soltner qui permettent de définir les conditions à remplir pour optimiser la pousse de la haie et obtenir rapidement un écosystème riche en biodiversité et résilient.

Les conditions pour une haie qui pousse vite

Quatre conditions principales doivent être remplies pour rendre votre plantation résistante aux différents stress qui seraient susceptibles de ralentir sa croissance :

  1. Mélanger les essences
  2. Utiliser des jeunes plants
  3. Sélectionner uniquement des essences indigènes
  4. Couvrir le sol après plantation

types_haies

Mélanger les essences

A l’inverse de la haie de monoculture, la haie magique est une haie mélangée, composée à partir d’un grand nombre d’essences et associant des arbres, des arbustes et des buissons pour reconstituer un écosystème similaire à celui de la forêt.

La mixité des essences végétales composant la haie est la condition indispensable à la création d’un système équilibré et résilient, accueillant pour la biodiversité, en fournissant un cadre favorable à la survie et la reproduction. Par sa densité végétale, l’irrégularité de sa forme qui permet une exposition différenciée à la lumière, la haie mélangée propose aux espèces une grande diversité de niches écologiques qui s’équilibrent et se régulent entre elles.

Utiliser des jeunes plants

La plantation de la haie doit ne mettre en œuvre que des jeunes plants (souvent vendus racines nues) plutôt que des sujets plus âgés et déjà développés (baliveaux). Cette technique qui consiste à ne planter que des sujets dont la taille reste inférieure à 80 cm est issue de la gestion forestière.

L’expérience du reboisement des parcelles forestières venant de subir une coupe franche montre que les jeunes plants présentent à terme plus de qualités et une meilleure résistance. Ils s’adaptent plus rapidement au milieu et ne subissent pas de pause de croissance après la plantation. Ils se montrent également plus résistants aux différentes agressions et requièrent moins d’arrosage en cas de sécheresse. Last but not least, le coût de la haie se trouve également réduit lorsqu’on utilise de jeunes plants dont le prix à l’unité reste très inférieurs à celui des arbres plus âgés livrés en containers (baliveaux).

Sélectionner des essences indigènes

Une essence indigène croît naturellement dans une zone donnée de la répartition globale de l’espèce et dont le matériel génétique s’est adapté à cet endroit en particulier. Une essence indigène est donc particulièrement adaptée au climat, à la faune et à la flore qui l’entoure. Planter une essence indigène augmente les chances de survie de votre plant et favorise la reprise rapide après la plantation.  Une essence indigène est adaptée aux conditions du milieu, au type de sol, etc. Elle n’aura donc pas besoin de soin spécifique, l’arrosage, les engrais ou les pesticides ne sont quasiment pas nécessaires.

Couvrir le sol après plantation

Une fois votre haie plantée, vous devrez en couvrir le sol avec un matériau adapté et ne plus jamais y revenir. On a commencé en utilisant le plastique sombre ; maintenant on privilégie un matériau naturel, le BRF, on peut aussi utiliser de la paille ou du compost. Quel que soit la matériau utilisé, le sol de la haie ne doit jamais rester à découvert et il faudra s’assurer que le couvert reste effectif.

Les fonctions de ce couvert sont de maintenir l’humidité du sol et de limiter la croissance des adventices qui viendraient concurrencer les jeunes plants. Ce couvert doit être mis en place dès la plantation. On préconise l’utilisation du BRF (le bois raméal fragmenté), un broyat de végétaux, feuilles et branches de petits diamètres. Le BRF présente d’évidents avantages écologiques : en réincorporant des résidus d’origine forestière dans le sol , on reproduit les mécanismes naturels de la fertilisation. L’humification (processus de fabrication de l’humus) est le produit de l’activité biologique sur la matière organique. C’est principalement le travail des champignons, des bactéries et de la pedofaune. Outre son action d’humification, le BRF enrichit le sol en élément minéraux. On y retrouve aussi quantité d’acides aminés et des protéines.

Pour compléter ces principes de bon sens, on ajoutera juste qu’il est nécessaire d’arroser abondamment la haie une fois la plantation réalisée pendant une période d’au moins deux semaines.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *