Amener la nature en ville avec des haies mélangées

Pour créer une haie mélangée qui contribue à la biodiversité en ville, il suffit de combiner différentes essences d’arbres et d’arbustes, mais aussi des lianes, des plantes dites « de haies » et pourquoi pas des fougères. Cette combinaison qui permettra d’occuper les différentes étages de la haie assure sa densification, sans toutefois provoquer l’homogénéisation que l’on constate dans les haies monospécifiques.

Les arbres permettent d’ancrer la haie dans le sol et de le stabiliser. La taille régulière (mais raisonnée) provoque une nanification et une densification du tronc qui contribue efficacement à la fonction occultante de la haie et facilite le nichage des oiseaux. L’écorce de l’arbre abrite un écosystème particulier. Les arbustes contribuent à la densification végétale de la haie et améliorent son esthétique par le fleurissement. Ils permettent selon le choix des essences de conserver une fonction occultante en hiver. Les lianes et les plantes de haies occupent l’étage inférieur, contribuent à la couverture du sol et procurent des sous-produits intéressants.

Dans le choix des essences à combiner, il faut s’attacher à mélanger des essences caducifoliés (qui perdent leurs feuilles en hiver), sempervirentes (qui conservent leurs feuilles en hiver) et marséssantes (qui gardent une partie de leur feuillage en hiver), de manière à préserver la fonction occultante de la haie pendant l’hiver.

Autre précaution pour composer une haie mélangée, le choix d’essences locales. En effet, les essences locales, par définition adaptées aux conditions climatiques et aux caractéristiques du sol, présenteront une croissance plus rapide et une meilleure résistance aux agressions. Par ailleurs, ces essences locales procureront à la faune une nourriture adaptée et familière. Composée d’essences locales, la haie mélangée sera plus « accueillante » pour les pollens apportés par le vent qui contribueront à la régénération spontanée de la haie.

En plantant des haies mélangées à proximité ou en connexion avec d’autres espaces naturels, on créé des corridors écologiques qui consolident la TVB. Les haies composées de nombreuses espèces permettent de créer un espace de végétation dense et favorable au développement de la biodiversité. Elles servent de refuge pour de nombreuses espèces animales et apportent un visuel végétal paysager. Pour ce faire, la haie doit recevoir une taille raisonnée [1]  pour se montrer tolérante et laisser les essences étrangères s’installer. Elle doit être assez dense et permet d’accueillir des animaux. Le sol ne doit pas être soufflé ou retourné, sauf pour répandre du brf  autour de la haie

Bien plus économique que les haies de monoculture, la haie mélangée s’entretient et se régénère de manière autonome sans produits extérieur et facilement, sans intrants, ni travaux mécanisés. En utilisant les résidus des rameaux coupées en automne sous forme de BRF appliqué sur le sol de la haie, au pied du massif végétal, en utilisant des engrais naturels comme l’ortie et la consoude sous forme de purin

La haie mélangée procure de nombreux sous-produits de valeur permettant de nourrir les plantes les animaux et les hommes et permettre d’assurer sa pérennité, les arbres et arbustes de haie procurent de nombreux sous produits telles que les fruits les graines le bois (pour BRF ou pour le feu) etc. Pour que la haie donne le maximum de sous produits il faut attendre la fructification avant de couper les branches, mélanger les essences pour éviter la prolifération des ravageurs et des champignons, laisser certaines tiges pousser en hauteur pour faire du bois

 

[1] Taille des arbres et arbustes, tardive, d’automne ou d’hiver, de façon à permettre la fructification des plantes et de déranger le moins possibles la faune qui y vit

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *