7 idées fausses sur les haies au jardin potager

Les cultivateurs de légumes et de fleurs sont souvent réticents à installer des haies au potager.  Ils cèdent quelques fois à des croyances infondées, prêtant aux haies des influences néfastes sur leur production maraichère. Il circule à propos des haies au potager de nombreuses idées fausses ; nous en avons identifié au moins 7. Au contraire de ce qui se dit, la haie -pour autant qu’elle soit composée d’une multitude d’essences et développe au moins 3 strates de végétation- est le plus précieux des auxiliaires du maraîcher.

[box type= »info »]

Ce que l’on entend à propos des haies au potager

  • Une haie au potager, çà ne sert à rien
  • Les haies vont faire de l’ombre
  • Les haies vont confisquer la ressource en eau
  • Les racines des haies vont envahir les plates-bandes de culture
  • Les haies vont amener des insectes nuisibles
  • Les haies vont nécessiter un entretien contraignant
  • Les haies produisent des déchets envahissants
[/box]

L’utilité

Dans tous les potagers et quel que soit le contexte, la haie bocagère sera source de nombreux bénéfices pour le jardin et les cultures.

En plantant dans votre haie quelques variétés fruitières anciennes, elle se couvrira en été et en automne de fruits et de baies, qui complèteront utilement la production en légumes. Elle se transformera vite en site discret de cueillette.

La haie au potager régulera le cycle de l’eau, en facilitant l’évacuation des fortes pluies et en restituant de l’humidité en cas de chaleur. Grâce à sa fonction brise-vent, elle régulera le climat sur la parcelle, permettant d’envisager des plantations plus précoces et des récoltes plus tardives.

Elle filtrera les excès de pollution, notamment en milieu urbain, en fixant le carbone et les principaux polluants (micro-particules de métaux lourds en suspension).

Elle permettra d’installer un cercle vertueux pour maintenir les qualités du sol, limiter la prolifération des nuisibles et des maladies des plants. La transformation des déchets fournira un matériau de couverture précieux, le BRF, qui permettra de renouveler le substrat de culture.

L’ombre

La haie est conçue et gérée pour conserver une taille déterminée. On peut envisager des haies basses dont la hauteur ne dépasse pas 150 cm. Au pied de la haie, une bande enherbée éloigne la surface du culture de l’ombre portée par la haie. Le choix de l’orientation au moment de la plantation est également déterminant pour éviter l’ombre portée.
Même en taille basse, la haie mélangée procurera son effet « brise-vent ». Selon la DREAL Midi-Pyrénées, la vitesse du vent est réduite de 50 à 75% jusqu’à une distance de 5 à 7 fois la hauteur de la haie ; de 30 à 50% jusqu’à 15 fois la hauteur des arbres.

L’eau

La haie ne demande pas d’arrosage (hormis juste après sa plantation) et se contente des ressources naturelles. Non seulement, la haie ne concurrence pas les plantations pour la consommation de l’eau disponible mais elle régule la ressource en recyclant les pluies excessives et en maintenant sur la parcelle une certaine humidité (évapotranspiration).
Selon la DREAL Midi-Pyrénées, l’évaporation de la culture est réduite de 25 à 50% par la présence de haies. Les haies brise-vent peuvent réduire de 10% de la quantité d’eau nécessaire à l’irrigation, soit une économie en eau de 150 à 350 m3/ha selon la culture. L’humidité du sol augmente de 20% (stockage d’eau dans le sol)

Les racines

La taille du système racinaire de la haie est strictement proportionnelle au volume foliaire. De cette manière, il est possible de cantonner la croissance des racines et de s’assurer qu’elles ne viennent pas envahir les plates-bandes de culture. Pour les arbres, il est recommandé de privilégier les essences à enracinement profond (racines pivotantes) et de laisser la haie basse (trognes, recepage). Si la haie venait à devenir envahissante, on pourra toujours procéder à un sarclage des racines sur son pourtour.

Les nuisibles

La haie mélangée est un écosystème d’une grande biodiversité. Dans une haie, on peut trouver
10 à 20 espèces d’oiseaux, 10 à 20 espèces de mammifères, plusieurs centaines d’espèces d’insectes, plusieurs dizaines de pollinisateurs, 40 à 60 espèces d’araignées, 10 à 20 espèces de reptiles. Un simple chêne peut héberger jusqu’à 600 espèces dont 300 insectes différents et l’aubépine jusqu’à 150. Toute cette biodiversité présente dans la haie bocagère est exploitée en agriculture pour amener à proximité des plantations les auxiliaires des cultures. Il s’agit de petits mammifères qui se nourrissent des limaces et escargots ou des insectes prédateurs des nuisibles. La mise en place d’un cycle de régulation naturel des maladies et des nuisibles permettra de bannir à tout jamais l’utilisation de pesticides au jardin potager.

L’entretien

Plus les interventions humaines seront réduites, mieux s’en portera votre haie. Concrètement, une haie mélangée d’une petite surface ne demande que peu d’entretien. Dans les premières années, on doit pratiquer sur chaque pied une légère taille de formation pour donner à la haie l’aspect voulu.

Les déchets

Toutes les déchets produits par la haie (feuilles mortes, déchets de taille) sont en fait des matières premières très précisues pour nourrir votre haie et le sol de votre jardin. En recyclant les produits de la taille en BRF, vous disposez d’un matériau de couverture idéal, qui peut également servir de support de culture.

Comments 1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *