Dessiner la trame verte urbaine

En ville, l’artificialisation des sols, la minéralisation et la densification sont des obstacles majeurs au maintien de la biodiversité. L’extension continue des zones urbanisées morcelle le territoire, empêchant la circulation des espèces et l’interconnexion des réservoirs écologiques. Inscrite dans la loi, la notion de trame verte et bleue est l’une des réponses à ce défi écologique.

Des réservoirs de biodiversité reliés par des corridors écologiques

[one_half]Les Trames Vertes et Bleues (TVB) ont pour objectif de contribuer à la préservation de la biodiversité en rendant possible la circulation des espèces, tant pour la flore que pour la faune. Les TVB déroulent des corridors écologiques qui mettent en relation les réservoirs de biodiversité, permettant la migration des espèces végétales et animales, indispensable à la préservation de la biodiversité.

En ville, la Trame Verte répond à la fois aux besoins de la faune et de la flore qui peuplent les espaces naturels urbains mais également à l’aspiration des citadins à être entouré de nature et à profiter d’avantages écosystémiques.[/one_half][one_half_last]schema_trame_verte[/one_half_last] [one_third][/one_third][two_third_last]

La Trame Verte Urbaine

En ville, la politique d’aménagement du territoire est d’abord une réponse aux besoins des citoyens. Plus la ville est dense et minéralisée, plus forte est la demande d’espaces verts de récréation et de loisirs, d’aménagements paysagers faisant la part belle à la nature. La mise en place d’une Trame Verte Urbaine (TVU) s’insère parfaitement dans un projet d’aménagement du territoire urbain et permet aux citadins d’interagir directement avec le vivant. La fonction pédagogique de la TVU est indéniable ; en permettant la pénétration de la faune et de la flore au cœur de la ville, elle fournit autant de lieux de connexion de la population à la biodiversité et incite les habitants à adopter une attitude plus respectueuse de l’environnement.[/two_third_last]

La place des haies dans la TVU

Compte tenu de leur faible surface, d’un entretien souvent intensif, des effets de lisières, les haies urbaines contribuent difficilement à la biodiversité en ville. Installées en bordure des parcelles privées, des voies de circulation, dans les copropriétés horizontales et à proximité des bâtiments publics, les haies font partie intégrante du paysage urbain et peuvent procurer de nombreux bénéfices écosystémiques. Les haies forment autant d’espaces naturels de proximité qui peuvent jouer le rôle de corridors, à l’instar des ripisylves, des lisières forestières, des bandes enherbées, des bords des routes et autres voies de communication artificielles créées par l’homme.

Compte tenu de leur surface en général limitée, la fonction de réservoir écologique des haies est modeste et réservée à certaines espèces (petits mammifères, insectes, etc). Cependant dans un paysage urbain fortement morcelé où il est difficile et coûteux d’établir des continuités écologiques, les haies peuvent assumer cette fonction.

Ainsi, la connectivité entre les taches d’habitats au sein d’un paysage est devenue un enjeu fort pour la conservation de la biodiversité. Une des options couramment retenue pour rétablir la connectivité est la mise en place de corridors entre les habitats déconnectés, corridors dans lesquels les haies mélangées ont leur rôle à jouer.

Comments 1

  1. Pingback: Dessiner la trame verte urbaine | Trames Vertes...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *