Bilan de la saison de plantation 2015/2016

La saison 2015/2016 a enregistré une nette progression de l’activité de plantation puisque l’association a organisé 31 journées de plantation (contre 6 la saison précédente !). Près de 6.000 jeunes plants d’arbres et d’arbustes ont été mis en place par les quelques 200 bénévoles qui ont participé aux chantiers.

Ces chantiers se sont déroulés sur 24 sites différents, localisés dans 4 communes : Massy, Bièvres, Igny et Breuillet dans l’Essonne et Paris pour 2 chantiers organisés dans le XXeme arrondissement.

Deux financements ont permis la hausse de l’activité : le soutien de l’AFAC-Agroforesterie au titre du programme de la fondation Yves Rocher et le soutien du Conseil Régional d’Ile de France au titre du programme « Massy Durable ».

Le programme Massy Durable

A l’initiative de l’association Haie-Magique et d’un collectif d’associations massicoises, un projet intitulé « Massy Durable » a été lancé en 2015 avec le soutien de la Mairie et de l’agenda 21 local, visant à faire de la troisième ville de l’Essonne par la population un  territoire nourricier, résilient et solidaire.

Le projet combine des opérations de renaturation des espaces verts et des délaissés pour en faire des sites de cueillette libre, la mise en place de potagers collectifs opérés par les habitants, la fourniture d’infrastructures mobiles de distribution et de transformation des aliments opérées dans un cadre associatif et la mise en place de 2 micro-fermes opérées par des professionnels.

Ce projet conduira à végétaliser sur le territoire communal 150 sites délaissés ou vacants, à créer 30 jardins partagés en pied d’immeuble et à installer 2 micro-fermes en permaculture d’une surface d’environ 1.500 m².

Ce projet qui se déroule sur 3 ans est soutenu activement par la Mairie qui mettra à disposition gratuitement le foncier nécessaire à son déploiement et mobilisera au niveau de la commune toutes les parties prenantes, à commencer par les services en charge de l’urbanisme, des espaces verts et de la communication. Il est financé par le Conseil Régional pour la phase de végétalisation, au titre du programme « Soutien à la TVB ».

Conçu comme multi-fonctionnel, le projet Massy Durable vise des objectifs écologiques. La biodiversité cultivée qui doit se déployer dans les jardins de pieds d’immeuble s’intègre dans une trame verte urbaine densifiée par la végétalisation de 150 sites environ sur la commune et le renforcement des corridors écologiques qui la traversent, en cohérence avec le SRCE et les préconisations d’une étude de la TVB réalisée par la communauté d’agglomération Europ’Essonne en 2011. Le but est de densifier les strates arborée et arbustive en plantant des essences rustiques et résistantes, essentiellement de feuillus, des essences fruitières et des arbustes, notamment à baies.

bilan_md

Fin mars 2016, 19 journées de plantation ont été organisées dans le cadre du programme Massy Durable, conduisant à végétaliser ou renaturer 13 sites sur le territoire de la commune. Seule association en Ile de France à se spécialiser sur la plantation et l’entretien de bocage comestible en zone urbaine, Haie-Magique a installé 17 sites sur le territoire de Massy depuis 2015.

Le soutien au titre du programme « Plantons un million d’arbres »

Notre association s’est vu attribuer par l’AFAC-Agroforesterie un soutien financier pour la plantation de 4.000 sujets sur la saison, à hauteur de 85 cents par plant. Ce soutien financier s’est avéré capital pour le développement de nos activités.

Il a permis tout d’abord d’accompagner le financement du Conseil Régional sur le programme Massy Durable, financement qui est limité à 60% des coûts exposés.

Le programme « Plantons un million d’arbres » nous a ensuite permis d’amorcer différents projets de partenariats ou de plantations avec des acteurs insolvables. Pour nouer de nouveaux partenariats, la principale difficulté que nous rencontrons est effectivement l’absence de budgets disponibles pour des actions de plantation ou de végétalisation, soit que les finances du partenaire public soient trop contraintes, soit que les associations avec qui nous mettons en place le projet –souvent des petites structures- ne disposent pas de moyens financiers.

La possibilité donnée par le soutien Fondation Yves Rocher-AFAC de porter des projets où les végétaux sont déjà financés est donc essentielle dans la construction de nos partenariats.

A Igny (91) et à Bièvres (91),  nous avons pu mener à bien des projets de plantation en nous appuyant sur le financement AFAC. A Paris, en partenariat avec une association locale, nous avons pu végétaliser un collège dans des conditions financières très serrées, également en nous appuyant sur le financement des végétaux par l’AFAC.

Aperçu des chantiers de la saison

Le concept de notre association consiste à déployer des haies bocagères en ville, dans une perspective de soutien à la biodiversité urbaine et de production de services écosystémiques, le principal d’entre eux étant la dimension nourricière.

La vocation socio-culturelle est également au cœur de notre projet ; elle réside dans l’association de différents types de publics à la conception et la réalisation de l’espace vert. Les chantiers s’adressent soit à un public large de citoyens, résidents, voisins du futur espace vert, public qui est appelé à co-construire avec l’association la démarche de renaturation. Chaque fois que nous plantons dans une institution, ses usagers sont associés au chantier, ce qui permet de s’adresser à des publics particuliers (scolaires, péri-scolaires, résidents en habitat collectif).

La formulation de notre projet autour du soutien à la biodiversité urbaine nous amène à distinguer différents types de plantation, selon les objectifs visés :

  • La création de zones-refuges pour la biodiversité et de lieux de cueillette, dans une perspective de renforcement des continuités écologiques en « pas japonais » ;
  • La plantation sur des linéaires, avec le plus souvent une vocation nourricière, dans une perspective de consolidation/restauration des corridors écologiques existant.
  • La végétalisation de pieds d’immeuble, accompagnant quelques fois la création de potagers collectifs, dans une perspective de renaturation des espaces verts résidentiels et de diversification de l’éventail floristique présent en ville.

La création de zones refuges et de lieux de cueillette

Sur le plan écologique, la densification du végétal sur de petites surfaces (50 à 500 m²) en zone urbaine dense permet de multiplier les espaces relais pour l’abri, la nourriture et le nichage des insectes et des oiseaux. La multiplication de ces espaces disséminés dans un maillage dense du territoire participe d’une stratégie de « pas japonais » qui permet le renforcement des continuités écologiques dans des zones très minéralisées, où les réservoirs de biodiversité sont rares, voire inexistants. La végétalisation de friches et de délaissés urbains permet également de freiner le développement des espèces invasives comme la renouée du Japon.

Sur le plan socio-culturel, chaque fois que possible, nous installons des essences fruitières et des arbustes à baies pour créer des sites discrets de cueillette. A terme, certains de ces lieux devraient accueillir des ruchers de conservation ou de production.

Au cours de la saison passée, nous avons installé 10 sites de ce type. A Massy, 4 zones-refuges ont été installées sur des délaissés urbains et dans des établissements scolaires. A Paris, nous avons installé 2 zones-refuges, l’une dans un square, l’autre dans l’enceinte d’un collège. A Igny, 2 zones refuges ont été créées, l’une sur un terrain agricole, l’autre dans un centre aéré. A Bièvre, une zone refuge a été installée au bord de la maison de la petite enfance (crèche). A Breuillet, une zone–refuge a été installée dans un jardin de particulier qui est déjà « refuge LPO » et « Jardin Naturel sensible » (label départemental).

Nous vous présentons ci-dessous quelques exemples de chantiers de ce type.

Centre social Thomas Mazarik, Massy

Ci-dessous sur les abords du parking en face du centre Thomas Mazarik,  les jeunes sont venus planter avec les bénévoles de l’association Haie magique une haie mélangée fruitière, basse composée principalement d’arbustes.

bilan_mazarikCette journée a été l’occasion de faire découvrir aux jeunes qui vivent pour l’essentiel en habitations verticales, la plantation d’arbres et d’arbustes. Les 15 jeunes du centre se sont très bien prêtés au jeu et cette plantation semble avoir eu un certain succès. Nous avons même enregistré un record car nous avons mis en terre 70 plants en une heure avec un public de 8 à 14 ans qui n’avait jamais réalisé telle opération auparavant. Nous avons donc mis en place 70  végétaux sur 35 m linéaire.

Ceinture verte groupe scolaire JB Corot_Igny

Ci-dessous a été planté une haie fruitière, d’accompagnement d’agriculture pour préparer la mise en place des futurs potagers partagés qui seront installés au printemps. Cette plantation vient compléter la première haie mélangée planté l’an dernier à l’entrée du centre dans le cadre du projet de ceinture verte autour de l’école.  La sanctuarisation de plus de 500 m² a permis de planter 350 jeunes plants forestiers sur environ 80 m linéaire.

bilan_jbcorotCe projet vise à intégrer les jeunes publics du groupe scolaire Jb Corot aux opérations d’entretien de la haie (taille, paillage, récolte des fruits) et d’une zone de culture, avec l’accompagnement d’un maraicher de la ville d’Igny.

Lycée Vilgénis, Massy

Ce projet vise à densifier la végétation dans le parc du lycée Vilgénis de Massy sur deux parcelles :

L’une des haies a été planté autour d’une parcelle qui contient déjà plusieurs arbres fruitiers (Pommier, Poirrier, Figuier). Cette parcelle est d’autant plus intéressante de par sa localisation car elle se situe dans le bas du parc près d’une zone humide d’intérêt majeur pour la biodiversité de la ville Massy voir (ci-dessous la réalisation des travaux). La plantation de cette haie à permis de mettre en place 165 végétaux (principalement des fruitières et des arbres à baies sur environ 50 m linéaire)

bilan_vilgenis2L’autre parcelle se situe en bordure de l’établissement et permet de créer un rideau de verdure pour la biodiversité et s’inscrit dans une continuité écologique (trame verte) mise en lumière par l’association Haie magique. Sur le linéaire ci-dessous a été planté 300 jeunes plants forestiers sur un 100 m de linéaire.

Enfin ce projet a permis de faire appel aux élèves du lycée horticole de Saint Nicolas à Igny et aussi à deux classes du lycée Vilgénis. Cette rencontre a donc permis de renforcer la dynamique sociale de ce projet environnemental.

bilan_gazPoste de gaz secours populaire, Massy

Ici a été planté une haie fruitière et champêtre pour offrir aux habitants des immeubles alentour un lieu de cueillette mais aussi pour renforcer la présence de la faune à cet endroit (environs 300 jeunes plants forestiers plantés).

Les pieds d’immeuble

En zone urbaine dense prédomine l’habitat collectif, avec son design habituel de grandes pelouses enherbées tondues ras, de rares arbres d’alignement ou isolés et de haies basses en monoculture d’espèces horticoles, taillées au carré. La contribution de ces espaces verts résidentiels à la biodiversité est très limitée et les bénéfices écosystémiques retirés par les habitants sont médiocres, à l’exception de l’aspect visuel et des facilités procurées aux propriétaires de chiens.

La plantation de formations bocagères en pied d’immeuble, comportant des espèces diversifiées et les trois strates végétales,  permet de rétablir à proximité immédiate des habitations la présence d’une nature non-artificialisée. Elle donne lieu à des chantiers participatifs qui réunissent les voisins et contribuent très efficacement à la restauration du lien social dans des banlieues où l’on ne se parle plus. Dans bon nombre de cas à Massy, ces plantations accompagnent la mise en place d’un potager collectif, voire d’infrastructures de compostage.

Sur la saison passée, nous avons réalisé 7 chantiers en pied d’immeuble dans le cadre du programme « Massy Durable ».  5 de ces chantiers ont également conduit à la mise en place de (micro-)potagers collectifs insérés dans les haies.  Sur ces chantiers de pied d’immeubles, plus de 250 planteurs bénévoles et occasionnels (des résidents) ont été mobilisés pour s’approprier leurs espaces verts de proximité.

Nous vous présentons ci-dessous quelques exemples de chantiers de ce type.

Jardin collectif du 29 (résidence de la tuilerie, Massy)

bilan_tuilerieCe site situé au pied d’un immeuble a fait l »ojet d’une convention entre le bailleur social et une association locale de jardiniers. L’association Haie Magique a planté une haie fruitière, fleurie et comportant des essences qui attirent les auxiliaires d’agriculture pour enclore un jardin en permaculture (environs 700 arbres et arbustes plantés). Une centaine de participants bénévoles ont fréquenté la journée de plantation.

 Centre social APMV_Massy

bilan_apmvSur le terre-plein en face de ce centre social a été planté une haie fruitière et d’accompagnement d’agriculture sur environs 70 m linéaire. Aujourd’hui la mise en place de buttes de culture permet la mise en culture de semi légumes pour le printemps. Cette parcelle a reçu un composteur entretenu par le centre social.

Rue nationale, Massy

Ici la reprise d’un vieux bac à sable a permis de planter une haie de bordure champêtre et auxiliaire d’agriculture SUR 100 m linéaire. Grace à plusieurs chantiers de plantation et de construction nous avons mis en place 300 jeunes plants forestier.

bilan_nationaleCette nouvelle haie mélangée permet de créer un environnement forestier en pied d’immeuble dans lequel se trouve un bac à sable reconverti en jardin en trou de serrure qui offre à tous les habitants la possibilité de déposer ses déchets végétaux.

Rue du Périgord, Massy

bilan_perigordIci la reprise de ce pied d’immeuble a permis de planter environs 150 jeunes plants forestiers mais aussi de nettoyer cette zone des détritus.

 Impasse de la Saussaye, Massy

Ici ont été mis en place une haie fruitière et fleurie pour renforcer la végétation dans cet arrière cours qui est assez venteuse et qui n’est pas très fleurie et qui est entouré d’une monoculture monotone de laurier sauce (environs 350 jeunes plants forestiers planté).

bilan_saussaye

Les linéaires de renforcement de la trame verte

Dans une perspective de restauration des continuités écologiques de la TVB, nous cherchons à installer des haies bocagères sur des linéaires longs et ininterrompus (minimum 100 mètres). Il s’agit d’un travail de longue haleine, souvent délicat en zone urbaine dense, puisque ces linéaires se trouvent en général le long des voies de circulation et des réseaux ferrés et qu’ils sont souvent fracturés. Les autorisations de plantation sont alors délicates à obtenir, donnant lieu à un important investissement en amont pour faire accepter le projet par les propriétaires fonciers institutionnels (SNCF, département, etc).

Au cours de cette saison de plantation, nous avons réalisé 5 chantiers de ce type, tous localisés à Massy, en cherchant –à notre modeste échelle- à obtenir un impact maximal et/ou à consolider des couloirs déjà fonctionnels.

La carte ci-dessous présente les linéaires créés ou renforcés dans le contexte des grands continuités identifiées sur le territoire par le SRCE.

Trame verte de Massy mise en lumière par une étude sur la biodiversité et les trames vertes et bleues de la communauté d’agglomération Europe Essonne

bilan_TVB

Nous vous présentons ci-dessous quelques exemples de chantiers de ce type.

bilan_fustelLycée Fustel de Coulanges Massy

Ici une haie bocagère composées d’essences appétant pour les oiseaux ont été plantés avec la participation de 80 élèves du Lycée (environs 200 jeunes plants forestiers)

Ru de la rue des martyrs de Soweto, massy

Ce ru a été nettoyé, reméandré et planté d’une ripisylve (environs 300 plants)bilan_soweto

Talus SNCF, Massy

Ce talus situé juste à côté du TGV a fait l’objet d’une plantation d’une haie fruitière et mellifère (environ 400 plants).

Ripisylve au parc Georges Brassens, Massy

bilan_brassens

Avec le concours et le soutien financier de Reforestaction, réalisation d’une plantation d’une ripisylve le long de la rivière, en quinconce sur les deux berges sur 200 mètres linéaires (environ 1000 plants)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *